BlaBla

Mélisandre
Avatar de l’utilisateur
Moine
Moine
Message(s) : 526
Inscription : 08 Dec. 2017
Localisation : Lorraine

Re: BlaBla

Message par Mélisandre » 24 Mai 2020, 13:34

Tu l'as trop bien vendu Treeman.
Où peut on voir ce film ?

treeman
Avatar de l’utilisateur
Ninja
Ninja
Message(s) : 1414
Inscription : 29 Jul. 2017

Re: BlaBla

Message par treeman » 24 Mai 2020, 13:42

Tu en trouves une version sur YT de très mauvaise qualité que je déconseille.
Autrement, soit tu as tes tuyaux à toi,
soit il faudra allonger le prix avec des éditions dvd ou blueray assez chère.

treeman
Avatar de l’utilisateur
Ninja
Ninja
Message(s) : 1414
Inscription : 29 Jul. 2017

Re: BlaBla

Message par treeman » 25 Mai 2020, 19:35

sortie de Hei Cha Liu Bao :shock:
Vendu en galette de 800 g :shock:
à 3'58


HigeNoodle
Avatar de l’utilisateur
Disciple
Disciple
Message(s) : 295
Inscription : 17 Jun. 2019
Localisation : Paris

Re: BlaBla

Message par HigeNoodle » 01 Juin 2020, 10:05

Besoin de l'avis d'experts !
J'ai tenté de bricoler du raku à deux reprises, et c'était certes chouette, mais j'ai eu des problèmes très différents sur les deux cuissons.
La question qui m'interpelle le plus, et que je vous soumets ici est en rapport avec l'aspect de l'email. Sur ma première cuisson (et grâce à une chance insolente), cette tasse dont je n'ai émaillé que l'intérieur à pris un aspect très brillant, avec une couche épaisse qui semble transparente dans le fond où l'email était plus épais.

Sur la seconde, l'émail épais a pris une teinte beige-marron mat franchement pas très belle, alors que c'était pourtant le même !

Selon vous, cette différence est-elle liée à :

1-la température de cuisson ?
2-l'épaisseur de la couche d'émail ?
3-la place dans le four ?
4-un peu de tout ça ?
5-on s'en moque de toutes façons c'est de la pâte à modeler d'amateur c'est déjà dingue que ça tienne en une pièce ?


J'aimerais bien tenter de recuire les mats pour corriger ce rendu relativement désagréable. ImageImageImageImage
"Et voilà pourquoi l'on se résout, un beau jour, à faire poser du carrelage et installer une cuvette à chasse d'eau[...]."
in Éloge de l'Ombre , Junichirô Tanizaki

Elise
Avatar de l’utilisateur
Buisson de Tai Di
Buisson de Tai Di
Message(s) : 5031
Inscription : 16 Feb. 2016
Localisation : Genève, Suisse

Re: BlaBla

Message par Elise » 01 Juin 2020, 10:51

Il manque quelques infos pour comprendre tout ça.
Tout d’abord, s’agit-il exactement du même mélange d’émail, posé sur la même argile et avec une même épaisseur ou proche?
Ensuite, qu’est-ce que c’est comme four? Et comment tu procèdes dans le processus « raku »?

Leaf
Avatar de l’utilisateur
Feuille de Thé
Feuille de Thé
 
Message(s) : 7552
Inscription : 04 Sep. 2013
Localisation : Québec

Re: BlaBla

Message par Leaf » 02 Juin 2020, 16:04

Je pourrais être complètement à l'ouest, mais quand j'étudiais en lutherie on avait quelques cours communs avec des étudiants en céramique et j'ai très vaguement souvenir d'une conversation en classe sur la rapidité de montée de température des fours ayant pour résultat une cristallisation de la couverte assez similaire à ta deuxième photo. Mes "connaissances" (si on peut appeler ça des connaissances :lol: ) s'arrêtent là, mais c'est peut-être une piste à explorer ? (Je suis plus doué quand il est question de bois et de boire :>>, pardon. :lol: )

HigeNoodle
Avatar de l’utilisateur
Disciple
Disciple
Message(s) : 295
Inscription : 17 Jun. 2019
Localisation : Paris

Re: BlaBla

Message par HigeNoodle » 02 Juin 2020, 16:45

Pour les infos manquantes ... En effet, même mélange (peut-être un peu moins liquide, le temps était plus sec quand je l'ai posé), et même type d'argile chamottée de la même manière. L'épaisseur générale est (en tout cas sous mes doigts imprécis) la même, mais le pied de la tasse "effet verre" -appelons là ainsi - est un bloc plus épais.

Le four à gaz ressemble à un FOUR RAKU RHODE - TR80 mais beaucoup plus bas et un peu plus large, fabriqué par mon oncle, je l'ai utilisé les deux fois (mais ne me souvient plus des temps de cuissons et températures précises, que mon oncle a géré a l'oeil, mais que je n'ai pas noté).

Pour le processus, les deux fois je les ai sorti du four encore rouge, et plongé dans une malle remplie de copeaux de bois, pour enfumer. Après quelques minutes, je les ai plongé dans l'eau au fur et à mesure. Il ne me semblait pas y avoir de lien entre la durée d'enfumage et la couleur des pièces, puisque le résultat était presque une fois sur deux mais tout à fait aléatoirement un bleu-gris un peu brillant ou un beige plus mat, mais toujours sans l'effet "verre" que j'ai sur ma petite tasse à fond épais.
"Et voilà pourquoi l'on se résout, un beau jour, à faire poser du carrelage et installer une cuvette à chasse d'eau[...]."
in Éloge de l'Ombre , Junichirô Tanizaki

Mélisandre
Avatar de l’utilisateur
Moine
Moine
Message(s) : 526
Inscription : 08 Dec. 2017
Localisation : Lorraine

Re: BlaBla

Message par Mélisandre » 03 Juin 2020, 16:29

treeman a écrit :Cette nuit j'ai vu le film "Chikamatsu Monogatari" (Les Amants Sacrifiés) du grand Kenji Mizoguchi. 1954.
Kenji Mizoguchi est considéré comme l'un des trois grands réalisateurs japonais, avec Ozu et Kurosawa.


Ca y est, on l'a regardé avec mon ami.

Eh ben c'était vraiment génial, ça faisait longtemps que je ne m'étais pas régalée comme ça devant un film.
Pour ma part, je n'ai pas l'habitude du noir et blanc, je ne crois avoir jamais vu un film des années 50, avec une telle ambiance. Donc j'étais déjà bien décoiffée dès le début.
Les sous titres défilent à une vitesse dingue, pas le temps de baisser la tête pour admirer sa tasse de thé qu'on perd déjà le fil de la discussion entre les personnages !
Mon ami l'a trouvé un peu lent, alors qu'au contraire je l'ai trouvé bien rythmé et parfois même un peu trop: j'ai dû remettre certains passages pour comprendre ce qui se tramais (bon à ma décharge je n'avais pas mes lunettes de vue, ça n'a pas arrangé).
On était tout les deux d'accord pour dire qu'esthétiquement, c'était trop de la balle. Les décors bien que simples, regorgent de petits détails quand on s'y attarde. Pour exemple, mon ami a détecté un certain coussin spécialement conçu pour dormir avec les coiffures compliqués de ces dames sans les défaire (je ne connaissais pas).
Je regrette parfois que certains plans ne soient pas en couleurs, j'en aurais eu des frissons !

Le jeu des acteurs a légèrement gêné mon ami parfois, par son "exagération".
Ça ne m'a pas plus choqué que ça, d'autant plus que je venais d'apprendre qu'apparemment il y a de grandes différences à ce niveau entre l'asie et l'europe. Peut être que le côté "théâtral" et le noir et blanc, cela a été volontairement exacerbé ?
Au début j'ai eu du mal à reconnaître certains personnages, que ce soit car je ne suis pas habituée aux visages des japonais ou que certains sont habillés/coiffés quasiment à l'identique. Au final ce "jeu exagéré" m'a aidé à mieux les différencier.

Pour ce qui est du scénario, il tient sur un timbre poste, mais ce n'est pas ça qui importe. Malgré l'aventure rocambolesque, j'apprécie l'aspect tranche de vie, le fait d'aller plus profondément dans le ressenti des gens et de la société en général. D'ailleurs je trouve qu'on ressent bien ce côté "vie de tout les jours" dans le cadrage: beaucoup de plans fixes, à hauteur d'homme ou presque, souvent assez intimiste: ce qui m'a donné la sensation d'être réellement spectateur de la scène. (Chose je précise, que je ressens rarement.)

Au moment du visionnage, je ne me suis plus rappelée de ton avis, treeman, mais peut être qu'il m'a inconsciemment influencée: Sans réfléchir, j'ai ressenti la volonté de mettre en avant l'hypocrisie de la pensée de l'époque: que ce soit les préjugés, le statut des femmes et l'obéissance aveugle des employés (tant aux "maitres" et nobles) avec ses magouilles sous-jacentes, mais surtout ce fameux honneur. Il a un statut d'immortalité, plus important que la vie elle même, vu le nombre de personnage se référant instinctivement et tout à fait naturellement à la mort comme solution au déshonneur. Le plus marquant pour moi étant le fait que personne n'est choqué d'évoquer le suicide pour l'honneur, que ce soit pour soi autant que pour autrui.

Ce que j'ai trouvé étonnant aussi, c'est à quel point mon ami n'a pas eu cette vision du tout: pour lui, le film mettait justement en avant l'obligation de docilité de la femme, et le fait que "tromper c'est mal", qu'on mérite les châtiments qui vont avec, etc. que tout ça devrait être considéré comme "bon et normal".
Cependant, après lui avoir expliqué mon ressenti, notamment sur certaines scènes qu'il avait eu du mal à assimiler et analyser, il a changé d'avis.
Mais je trouvais ça chouette de noter la dissonance, comme quoi ça peut être facile de passer à côté de quelque chose à cause du manque d'expérience ou d'information incomplètes.
J'espère ne pas trop trahir ma science infuse en disant cela, uhuhu :huhuhu:
En réalité, cela m'est souvent arrivé de ne pas déceler ce qu'il y avait à déceler.
Ce n'es pas grave en soi. Mais à une échelle plus large, si on perd le sens premier d'une œuvre, je pense qu'on pose la possibilité de dévier lentement de "la vérité", en en modifiant ainsi à la longue, sa propre perception de la vie. [c'était l'instant philo de comptoir, merci!]
C'est aussi pour ça que je trouve qu'il est, en plus d'être intéressant, important de discuter du ressenti et des avis qu'on a, après le visionnage.

Je n'ai volontairement pas fait de spoiler, mais y'a tout de même quelques petites questions pas totalement élucidées.
Notamment celle ci qui vient de mon ami, si jamais quelqu'un a envie de nous répondre:
Pourquoi est ce que l'héroïne, une fois qu'elle découvre Mogai amoureux d'elle (la fameuse scène sur le bateau), dit que ça "change tout" pour elle ?
Est elle tombée amoureuse "d'un coup" ? Et si elle l'était déjà, comment se fait il pour qu'elle n'ai pas remarqué l'attachement que lui portait Mogai ?

treeman
Avatar de l’utilisateur
Ninja
Ninja
Message(s) : 1414
Inscription : 29 Jul. 2017

Re: BlaBla

Message par treeman » 03 Juin 2020, 19:16

Coucou
Content que ça t'ai plu.
C'est certain que ce n'est pas évident, le grand saut classique japonais des années 50 ^^
Je comprends ton ami, il est facile de passer à côté de certaine chose. Ou même à côté du film.
Mais je te rejoins, le rythme est assez infernal. Il est soutenu par un jeu d'acteur grandement inspiré du théâtre traditionnel japonais, le Kabuki.
Ce qui explique en parti le jeu des comédiens et le rythme.
Sachant que normalement, une pièce Kabuki a une unité de temps d'une journée.
Le scénario est effectivement très simple. Mais ce n'est pas là que se joue la pièce, mais dans les liens des personnages et surtout la critique général qui traverse tout le film. Les dialogues surtout et bien entendu les situations.

Pour répondre à ta question mystère,
c'est vrai que c'est surprenant. Et ça m'a aussi fait tilter.
Peut-être deux éléments de réponses (même si j'aime bien le mystérieux dans les films, ou autre).
En premier lieu, toujours le Kabuki. Il faut savoir que c'est un style qui met surtout l'accent sur le jeu du comédien. Quitte même à ce que le scénariste supprime une scène, un dialogue, un passage entier pour laisser libre champs au comédien d'effectuer son jeu. Et tant pis si le spectateur ne comprends pas tout ce qui se passe devant ses yeux. Ce qui est le cas, la réaction d'Osan est très maniérée et scénique. J'aime beaucoup. C'est très dansant. (Le kabuki est d'ailleurs "dansant", sa traduction est l'art du chant et de la dance).
Deuxième élément qui peut expliquer cela, c'est la rupture avec la société, la famille qui se rompt.
Avec la famille puisque c'est certainement la première fois que quelqu'un lui avoue un amour authentique. Alors que c'est évident que la famille a totalement arrangé le mariage, pour le gain.
Cette soudaine libération et cet amour spontané, réel, elle y succombe immédiatement. Quelque chose de puissant qu'elle ressent d'un coup. Elle est libérée, délivréééééééée.
Parce que, comme tu l'as remarqué, pas évident d'avouer ses propres sentiments quand tu as le poids du système japonais sur les épaules. Et tu aurais tendance à refouler ces sentiments.

Bref je m'égare certainement. Et je suis long et certainement chiant pour ceux qui n'ont pas vu le film.
Voilou
en tout cas, je suis heureux si tu as aimé. A mes yeux c'est un chef d'oeuvre et je suis content de le partager ^^

Mélisandre
Avatar de l’utilisateur
Moine
Moine
Message(s) : 526
Inscription : 08 Dec. 2017
Localisation : Lorraine

Re: BlaBla

Message par Mélisandre » 04 Juin 2020, 12:35

Ah mais super ta réponse, ça m'aide beaucoup !
Je vais faire suivre à mon ami du coup ;)
Encore merci pour le film :<3:

Erick
Avatar de l’utilisateur
Moine
Moine
Message(s) : 858
Inscription : 17 Jan. 2016

Re: BlaBla

Message par Erick » 04 Juin 2020, 17:06

Et en s'éloignant un peu de la toile infernale, on s'aperçoit que cette petite méprise de départ va vite étrangler chaque personnage par la conduite à tenir en pareille situation. Cette petite méprise va obliger le couple à passer outre leur rang et révéler leur amour, et va conduire au final tout le monde, mais alors absolument tout le monde vers la déchéance. Le maitre de l'imprimerie, les employés, les servantes, les amants, les parents et même les passants à la fin vont perdre leur joie de vivre en les voyants conduit vers leur fin... chaque petite reprise de respiration du couple sera tout de suite coupée par le rôle de tout leur entourage, lui même pris dans la panique, l'appât du gain ou le poids de la responsabilité. Superbe film, tout y est :<3: :<3: :<3:

Mélissandre, si tu veut voir une bonne série ou l'on voit le style de vie des japonais en ces temps féodaux, je te conseille de regarder la série "Zatoichi" (en couleur, sauf les touts premiers épisodes) :

https://www.senscritique.com/liste/La_L ... hi/1243295

Anacoluthe
Avatar de l’utilisateur
Apprenti
Apprenti
Message(s) : 125
Inscription : 28 Dec. 2013
Localisation : Région parisienne

Re: BlaBla

Message par Anacoluthe » 04 Juin 2020, 21:52

J'ai regardé à mon tour ce film, inspirée par vos commentaires ! En effet, j'ai réalisé en farfouillant qu'il était dans la vidéothèque d'un site de vidéo à la demande auquel je suis abonnée. J'ai adoré, c'est une super découverte qui m'a donné envie d'en voir plus de ce réalisateur, merci Treeman d'en avoir parlé :happy:

treeman
Avatar de l’utilisateur
Ninja
Ninja
Message(s) : 1414
Inscription : 29 Jul. 2017

Re: BlaBla

Message par treeman » 05 Juin 2020, 10:50

Yep. Content que ça vous plaise ^^
Comme dit Erick, faut se jeter sur les Zatoichi. Mais attention, mettre un pied dans les chanbara c'est au risque de ne jamais en sortir : )

Blossom
Avatar de l’utilisateur
Feuille de Thé
Feuille de Thé
 
Message(s) : 7762
Inscription : 21 Oct. 2013

Re: BlaBla

Message par Blossom » 06 Juin 2020, 17:44

Capture d’écran 2020-06-06 à 18.37.35.png

treeman
Avatar de l’utilisateur
Ninja
Ninja
Message(s) : 1414
Inscription : 29 Jul. 2017

Re: BlaBla

Message par treeman » 08 Juin 2020, 20:22

Moins drôle que toi Blossom :
2 séquences thé vu hier dans le film Yin shi nan nu; 飲食男女 de Ang Lee
plus connu chez nous sous le titre "Salé Sucré". 1994.


Image

Image

Image

Image

Image

Image

PrécédentSuivant