Les cultivars des thés chinois

Circé
Avatar de l’utilisateur
Moine
Moine
Message(s) : 652
Inscription : 28 Jul. 2013
Localisation : Paris

Les cultivars des thés chinois

Message par Circé » 02 Août 2013, 22:12

Le mot Cultivar est une contraction de l’expression anglaise « Cultivated Variety ». Le cultivar est une variété de théier qui est le résultat d’une hybridation naturelle (cf. l’évolution des Dan Cong) ou artificielle (cf. Le Long Jing N°43). Pour restituer leurs caractéristiques génétiques il faut reproduire le cultivar par bouturage.


C


CUI YU (ou Tzuiyu, ou Tai Cha n°13) 翠玉
Le Cui Yu est cultivé à Taiwan (principalement à Nantou) et sert à l’élaboration de Wulong. Ce cultivar fut créé artificiellement à partir du Yingchi Hungshin, et du Tai Cha n°80. Tout comme le Si Ji Chun il est très parfumé, et comme le Jin Xuan il offre de bons rendements.


D


Da Hong Pao 大红袍 ou 大紅袍(Voir Si Da Ming Cong 四大名丛 ou 四大名叢)

DAN CONG 单丛 ou 單叢 ou 单枞 ou 單樅
Il s’agit d’un théier qui descendrait originellement du Shui Xian (le même théier que l’on trouverait sur les monts Wuyi). Il est cultivé dans la province de Guangdong sur les Monts Feng Huang. Son nom signifie « théier unique » car les véritables thés Dan Cong sont produits exclusivement à partir d’un seul théier. Ce théier, puisqu’il est sauvage, mesure souvent plus de cinq mètres de haut. Chaque Dan Cong originel a des caractéristiques aromatiques qui lui sont propres puisque chaque théier provient de graines uniques. Les premiers Dan Cong ont donc engendré de multiples cultivars par hybridation naturelle. Ces cultivars portent le plus souvent un nom de parfum qui le définirait.
Quelques cultivars de Dan Cong :
Bai Ye 白叶单丛 ou 白葉單叢 (surnommé aussi Ling Tou 岭头单丛 ou 嶺頭單叢)
Cultivar isolé trouvé dans le district de Raoping préfecture de Chaozou, dans un village du nom de Ling Tou, bien loin des Shui Xian sauvages des monts Feng Huang.
Huang Zhi Xiang 黄枝香
Traduction: Parfum de fleur d'oranger
Jiang Hua Xiang 姜花香
Traduction : Parfum fleur de gingembre
Lan Hua Xiang 
Traduction : Parfum d’orchidée.
Mi Lan Xiang 蜜兰香 ou 蜜蘭香
Il s’agit du Dan Cong le plus célèbre. Traduction : Parfum d’orchidée mielleuse.
Rou Gui Xiang 肉桂香
Traduction : Parfum fleur de cannelle (pas la même que le Wuyi Rou Gui)
Shui Xian (voir Shui Xian) 水仙
Traduction : Fée des eaux.
Yu Lan Xiang玉蘭香
Traduction : Parfum de fleur de magnolia
Ya Shi Xiang  鴨屎香 ou 鸭屎香
Traduction : Parfum d’excréments de canard. Ce nom volontairement ingrat fut donné par un paysan désireux de protéger son précieux cultivar.
You Hua Xiang 柚花香
Traduction : Parfum fleur de pamplemousse/pomelo
Zhi Lan Xiang 芝蘭香
Traduction : Parfum d'orchidée


F


FUDING DA BAI (ou Da Bai)福鼎大白
Le Fuding Da Bai est l’un de théiers les plus cultivés de Chine (présent sur 340000 hectares), il sert à élaborer principalement des thés blancs,  mais aussi des thés noirs et des thés verts. Ce Cultivar est le résultat d’une hybridation naturelle. Il fut découvert en 1857 près de la ville de Fuding. Sa croissance végétative est très longue (mars à novembre). Il résiste bien au froid à la sécheresse et sa reproduction est facile (taux de survie de 95%). Il permet des rendements très élevés. Ses bourgeons blancs duveteux sont robustes et ont l’avantage de rester tendres.

FU YUN N°6 福云 or 福雲
Ce cultivar permet de produire des thés verts. On le trouve dans la région de Fujian.


H


Huang Zhi Xiang 黄枝香 (voir Dan Cong)


J


Jiang Hua Xiang 姜花香 (voir Dan Cong)

JIN XUAN (ou Jin Shuan, ou Milky Oolong)金萱
Le Jin Xuan est cultivé à Taiwan et sert à l’élaboration de Wulong. Comme le Si Ji Chun, ce cultivar fut enregistré en 1981. Il est résistant et permet des rendements élevés, aussi ce cultivar est très présent sur le territoire taïwanais.


L


Lan Hua Xiang (voir Dan Cong)

LING YUN BAI MAO (ou Ling Yun Bai Hao ) 凌云白毛 or 凌雲白毛
Cultivar à grandes feuilles cultivé à Lingyun et Guizhou, et utilisé pour la fabrication de Lu Cha, Bai Cha, Huang Cha, Hong Cha et Wulong.

Luanze (voir Qing Xin) 青心

LONG JING N°43
Le long jing n°43 est le cultivar le plus répandu pour la production du thé vert Long Jing. Il fut mis au point par le Centre de recherche de l’institut d’agriculture de Chine dans les années 60. Il remporta un prix en 1978 avant d’être sélectionné comme cultivar national en 1987. Le Long Jing n°43 est présent dans de nombreuses provinces chinoises : Zhejiang, Jiangsu, Anhui, Jiangxi, Henan. Ce cultivar est résistant, productif et il pousse plus rapidement que les autres Long Jing : il permet un récolte entre sept et dix jours avant les autres cultivars de Long Jing. Malheureusement, sa croissance rapide  et sa productivité se font au détriment de l’intensité des arômes. En effet le théier à besoin de temps pour les arômes se concentre convenablement dans les feuilles. Les feuilles sont vert-clair, plates avec les bords bruns.


M


Mi Lan Xiang (voir Dan Cong) 蜜兰香 ou 蜜蘭香

Q


QING XIN (ou Cing Shin ou Luanze) 青心
Ce cultivar sert à élaborer des Wulong. Il est extrêmement répandu à Taiwan, aussi on le retrouve derrière de nombreuses appellations de thés (Bao Zhong, Qizhong, Luanze, Dong Ding, Hung Shui, Guei Fei). Ce cultivar supporte les hautes altitudes : Il est souvent planté à plus de 800 mètres. Son épanouissement requiert une terre riche, vierge de toute autre culture et il est préférable de le planter en pente afin que l’eau ne puisse pas stagner autour du théier. Il est le cultivar traditionnel du Dong Ding.


R


ROU GUI 肉桂
Traduction : Cannelle. Ce cultivar, qui est une obtention clonale datant des années 80 sert principalement à la culture des Yan Cha (Thés des Rochers). Ce cultivar ne doit pas être confondu avec le Rougui Xiang Dan Cong (cf. Dan Cong)

Rou Gui Xiang 肉桂香 (voir Dan Cong)


S


SI DA MING CONG 四大名丛 ou 四大名叢
Traduction: «Les quatre grands théiers de l’époque Ming».
Ces quatre cultivars sont les plus prestigieux Yancha.
Da Hong Pao «La grande toge rouge» 大红袍 ou 大紅袍
Traduction : Grande Toge Rouge. Ce cultivar sert à produire des Wulong Yan Cha (Region de Fujian). Il s’agit du théier le plus célèbre des Monts Wuyi. Le cultivar originel serait vieux de plus de 350 ans. 
Shui Jin Gui «La tortue d’or» 水金龟 or 水金龜
Tie Luo Han «Le sage de fer»铁罗漢 ou 鐵羅漢 ou 铁罗汉
Bai Ji Guan «La crête blanche du coq»白鸡冠 ou 白雞冠 ou 白鶏冠
SHUI XIAN (ou Shui Hsien)水仙
Traduction : « Fée des eaux »  Ce cultivar sert à produire des Yan Cha (Thés des Rochers) et des Dan Cong. On le retrouve aussi bien sur les Monts Wuyi (Fujian) que sur les Monts Feng Huang (Guangdong). Le plus vieux spécimen serait âgé de plus de 900 et se trouve sur les Monts Phoenix. Il semblerait donc que le Shui Xian ait été cultivé d’abord à Guangdong, pour n’être importé que plus tard dans la région de Fujian.

SI JI CHUN四季春
Traduction : Thé des Quatre Printemps (car ce cultivar permet d’être récolté jusqu’à six fois au cours de la même année). Cet hybride de Qinx Xin et Qing Dapan, fut découvert dans les années 80 au nord de Taiwan.  Il s’agit d’un cultivar ayant une grande capacité d’adaptation (climats / altitudes), en plus d’être très résistant aux maladies. Ses feuilles sont particulièrement appréciées par les producteurs de thés pour  leurs richesses en substances aromatiques.


T


Tai Cha n°13 (Voir Cui Yu)

Tai Cha n°80 (Voir Cui Yu)

TIE GUAN YIN 铁观音 ou 鐵觀音
Traduction : Déesse en fer de la miséricorde. Ce cultivar est traditionnellement utilisé pour élaborer des Wulong.  Il était originellement cultivé dans le district d’Anxi (province de Fujian). Aujourd’hui on le retrouve dans plusieurs provinces de Chine et à Taiwan.  Particularité des feuilles du théier : Feuilles ovales épaisses dentelées et pointues. Les bourgeons ont une teinte rouge. Les feuilles sont riches en polyphénols, et catéchine.  Type de récolte : Un bourgeon et trois feuilles selon la méthode Zhong Kai Man (la première feuille après le bourgeon est aussi grande que la deuxième, cf. le Blogue duDégustateur de Thé). Les feuilles sont Idéalement récoltées au printemps ou en automne. Ce cultivar a une croissance rapide.

Tzuiyu (voir Cui Yu)


Y


Ya Shi Xiang 鴨屎香 ou 鸭屎香 (voir Dan Cong)

Yingchi Hungshin (voir Cui yu)

Yu Lan Xiang 玉兰香 ou 玉蘭香 (voir Dan Cong)

You Hua Xiang 柚花香 (voir Dan Cong)



Z


Zhi Lan Xiang 芝蘭香 (voir Dan Cong)




SOURCES:


Websites:
- http://www.babelcarp.org/babelcarp
- http://camellia-sinensis.com/carnet
- http://hojotea.com

Livre:
Thé: Histoires Terroirs, Saveurs , Maison de thé Camellia Sinensis.

Sebastien
Avatar de l’utilisateur
Novice
Novice
   
Message(s) : 99
Inscription : 09 Sep. 2013
Localisation : Brussels, Belgium

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par Sebastien » 10 Septembre 2013, 09:45

Manuela a écrit :Pour restituer leurs caractéristiques génétiques il faut reproduire le cultivar par bouturage.


ou par tout autre moyen conservant le patrimoine génétique complet. Le bouturage étant un des plus "naturel" mais pas le seul.
Toute forme de multiplication végétative est bonne pour cela.

ps: très belle liste, merci

Charlotte
Avatar de l’utilisateur
Apprenti
Apprenti
 
Message(s) : 113
Inscription : 05 Sep. 2013
Localisation : Zhejiang ou Ardèche

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par Charlotte » 13 Septembre 2013, 09:37

La botanique, d'une grande complexité, différencie le terme variété (mutations naturelles causées par l'environnement, entre autres) et le terme cultivar (qui implique l'intervention de l'humain). Les classifications botaniques s'appellent: hiérarchie des taxons, et dans ce classement, le cultivar n'arrive qu' après la variété.

Voici la hiérarchie des taxons ultra simplifiée pour le théier en provenance de Chine, Long Jing par exemple:
REGNE : Plantae
PHYLUM: Magnoliophyta
FAMILLE: Theaceae
TRIBU:Theeae
GENRE: Camellia R
ESPECE: Camellia Sinensis
VARIETE: Long Jing (théier du terroir Xi Hu)
CULTIVAR: Long Jing n°43 (séléctionné par l'homme)

Il faut savoir qu'en Chine, il existe une multitude de variétés et de cultivars. Il est fort difficile de les énumérer tous. Un éminent spécialiste du thé et de la botanique des Montagnes Wu Yi a publié un livre entièrement consacré aux variétés et cultivars propres à ce terroir. Il en dénombre plusieurs centaines (avec photos et description détaillée pour chacun).

Bref, sujet complexe puisque la botanique est une science et qu'en plus, des découvertes peuvent toujours venir bousculer l'ordre établi.

Olivier
Avatar de l’utilisateur
Moine
Moine
   
Message(s) : 588
Inscription : 04 Sep. 2013
Localisation : Yunnan, China

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par Olivier » 13 Septembre 2013, 09:54

Tout à fait Charlotte et c'est bien de rappeler ces bases! :top:

La distinction cultivar/variété est d'autant plus importante à comprendre dans le domaine du puerh, où pour les thés de qualité on travaille essentiellement sur des jardins anciens, de variétés naturelles donc, ce qui est très différent de cultures du thé basées sur le cultivar comme les wulong d'Anxi ou de Taiwan par exemple.

Quand tu as à faire à de jeunes théiers, plantés récemment donc par un producteur donné, la notion de cultivar est au centre des préocupations parce qu'elle résulte d'un choix. Quel cultivar va tu planter? Pourquoi? Suit il le marché? Ou les conditions naturelles de ton jardin (résistance de la plante, etc)...

Mais quand tu hérites d'un jardin d'arbres de 200 ans c'est bien différent... ce qui fait que la majorité des acteurs du puerh, du paysans au producteur, en passant par l'usine ou le vendeur, ne savent absolument pas la varitété de l'arbre, tous étant regroupé dans le gros sac de "variété à grandes feuilles du Yunnan" (assamica)... là où les botanistes ont recensé plus de 100 variétés de "théiers à grandes feuilles du Yunnan". Et il suffit de gouter des échantillon de ces différentes variétées pour noter les très grandes différentes gustatives d'une variété à l'autre.

On pourrais aller plus loin encore en notant que si le cultivar résulte d'un choix humain, et reflette donc une situation donnée à un moment donné (choix du marché, effet de mode, etc...) la variété dans le domaine des théiers anciens est elle intimement liée au terroir, différentes variétés se répartissant dans différents terroirs, ce qui accentue de manière naturelle la spécificité gustative de ces terroirs.

David
Avatar de l’utilisateur
Kensui
Kensui
   
Message(s) : 16351
Inscription : 02 Mar. 2013
Localisation : Rennes

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par David » 13 Septembre 2013, 10:59

Très intéressant tout ça, merci beaucoup !

Charlotte
Avatar de l’utilisateur
Apprenti
Apprenti
 
Message(s) : 113
Inscription : 05 Sep. 2013
Localisation : Zhejiang ou Ardèche

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par Charlotte » 13 Septembre 2013, 15:35

En effet, le terroir (nature même du sol, écosystèmes, micro-organismes, climat...) influence le théier de manière TRES importante. Et c'est bien la raison pour laquelle on observe des différences, parfois invisibles à l'oeil nu, sur le théier, en fonction du lieu où il pousse.

N'oublions pas l'immensité et la diversité de la Chine, qui offre ainsi une multitude de possibilités au théier (chaque province est différente, et à l'intérieur d'une même province, les différences sont tout aussi remarquables).

Pour illustrer l'importance du terroir, même sur le cultivar, citons l'exemple du désormais incontournable An Ji Bai Cha (thé vert) issu d'un type de théier (jeunes pousses très claires, bourgeonnement précoce...) qui existait déjà sous la dynastie Song... Il y a quelques années, ce type de théier, après sélection humaine, fut planté dans la province d'Anhui. Hors, il ne présenta plus les mêmes caractéristiques que dans son terroir d'origine (village d'An Ji, Zhejiang).

Des spécialistes de l'institut de thé de Hangzhou ont mit en évidence l'influence des micro-organismes présents dans l'environnement sur les caractéristiques du théier, et que selon le lieu, on ne trouve pas les mêmes (autrement dit, chaque lieu comprend des micro-organismes uniques).

Et je suis absolument d'accord avec ce que dit Olivier, et cela peut tout à fait s'appliquer à d'autres provinces chinoises.

David
Avatar de l’utilisateur
Kensui
Kensui
   
Message(s) : 16351
Inscription : 02 Mar. 2013
Localisation : Rennes

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par David » 13 Septembre 2013, 18:58

Y a qu'à voir les différences entre les terroirs même directement voisins en Bourgogne. Un seul cultivar et des tonnes de nuances...

Gongfucha.fr
Avatar de l’utilisateur
Postulant
Postulant
 
Message(s) : 28
Inscription : 16 Nov. 2014

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par Gongfucha.fr » 16 Décembre 2014, 07:29

Mais alors les jardins de daarjeling doivent être uniquement des cultivars puisque dérobé en Chine et replanté avec d'autres ?

Vincent

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par Vincent » 16 Décembre 2014, 07:58

Tiens ! je ne comprends pas la question, donc je laisse d'autres y répondre, mais merci de sortir ce sujet du cimetière parce que je ne l'avais pas lu et on y dit des choses très intéressantes !

Gongfucha.fr
Avatar de l’utilisateur
Postulant
Postulant
 
Message(s) : 28
Inscription : 16 Nov. 2014

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par Gongfucha.fr » 17 Décembre 2014, 23:41

Et bien vu que les théiers de daarjeling on été importés de la Chine vers l'inde j'imagine que tout ces plants ne provenait pas de la même espèce et que donc, suite à ce que j'ai lu dans ce post, le mélange de ces différents plants serait des cultivars. J'espère que j'ai bien compris, car disons que moi et la botanique on est pas trop copains. .. :loool:

Tsubo
Avatar de l’utilisateur
Vénérable Maocha
Vénérable Maocha
   
Message(s) : 9504
Inscription : 05 Sep. 2013
Localisation : Paris ... ou presque ...

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par Tsubo » 17 Décembre 2014, 23:45

il me semble qu'il y a une confusion entre les termes : espèces ( des plantes différentes ) et cultivars ( des variantes de la même espèce )

Patrick
Avatar de l’utilisateur
Shōgun
Shōgun
   
Message(s) : 2956
Inscription : 23 Oct. 2013
Localisation : Bordeaux

Re: Re : Les cultivars des thés chinois

Message par Patrick » 18 Décembre 2014, 09:50

Gongfucha.fr a écrit :Mais alors les jardins de daarjeling doivent être uniquement des cultivars puisque dérobé en Chine et replanté avec d'autres ?

Il faudrait s accorder sur la definition de cultivar. Distinguer une variété naturelle et une selection faite par l homme il y a plusieurs siecles ne doit pas etre evident.
De ce que j ai lu les theiers chinois de darjeeling proviennent des wu yi. Or je ne crois pas que le theier soit endemique au fujian : d apres martha avery dans the tea road il y aurait été introduit au 6e siècle.

Gongfucha.fr
Avatar de l’utilisateur
Postulant
Postulant
 
Message(s) : 28
Inscription : 16 Nov. 2014

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par Gongfucha.fr » 23 Décembre 2014, 12:12

Cultivars: croisement de différents types de théier qui reste de la même famille ( ex: camélia sinensis ).

Espèce : camelia sinensis, camelia assamica, et une 3 ème dont je ne me souviens plus du nom

On est d'accord pour ça ?

Patrick
Avatar de l’utilisateur
Shōgun
Shōgun
   
Message(s) : 2956
Inscription : 23 Oct. 2013
Localisation : Bordeaux

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par Patrick » 23 Décembre 2014, 12:59

Bien sûr que .... non ! :lol:

Tous les thés sont issus du camellia sinensis.
Certains du camellia sinensis de la variété sinensis : Camellia sinensis sinensis (css)
D'autres de camellia sinensis assamica (csa)

Les thés que nous buvons sont des infusions de feuilles transformées de CSS ou de CSA, d'un mélange des deux, d'hybrides des deux, ou de sous-variétés de l'un, de l'autre ou de sous variété d'hybrides.
Ce sont les sous-variétés que l'on nomme cultivar, d'après le post de Manuela, seulement les sous variétés issus de sélections et/ou de croisements voulus par l'homme d'après Olivier et Charlotte.

Le Darjeeling est fait à partir de CSS ou de CSS+CSA. Certains CSS sont des clones des variétés importées depuis la Chine.

Pour la distinction "espèce", variété, cultivar, je te renvoie au post de Charlotte, plus haut.

Fabien
Avatar de l’utilisateur
Ninja
Ninja
 
Message(s) : 1494
Inscription : 05 Sep. 2013
Localisation : Golfe of ze Morbihan

Re: Les cultivars des thés chinois

Message par Fabien » 23 Décembre 2014, 13:19

Patrick a écrit :Bien sûr que .... non ! :lol:

Tous les thés sont issus du camellia sinensis.
Certains du camellia sinensis de la variété sinensis : Camellia sinensis sinensis (css)
D'autres de camellia sinensis assamica (csa)
Auxquelles des travaux récents voudraient qu'on ajoute le Camellia sinensis cambodiensis ou parvifolia il me semble... à vérifier comme d'hab (mais très peu utilisé dans nos thés semble-t-il). Interrogations scientifiques également sur l'origine de certains théiers du Yunnan : variétés différentes ou hybrides entre assamica et sinensis?
M'enfin, le tout c'est que le thé soit bon :happy:

Suivant