Les Hohin et les Shiboridashi

Carmila
Avatar de l’utilisateur
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Message(s) : 12
Inscription : 21 Apr. 2017

Re: Les Hohin et les Shiboridashi

Message par Carmila » 21 Décembre 2017, 10:04

Un coup de cœur lors de mon dernier passage à l’heure bleu Image


Envoyé de mon iPhone en utilisant Tapatalk

SucreJog
Avatar de l’utilisateur
Apprenti
Apprenti
Message(s) : 224
Inscription : 18 May. 2018
Localisation : Nantes

Re: Les Hohin et les Shiboridashi

Message par SucreJog » 23 Février 2019, 20:01

J'ai une question a propos du shiboridashi en photo qui vient de tokoname. Savez vous comment il est cuit, de quelle terre il s'agit ?
Ce qui m'embête avec ce shibo c'est qu'il est un peu poreux alors qu'instinctivement j'aurai plutôt utilisé des matières proche de la porcelaine pour des gyokuro ^^ImageImage

Kissaki
Avatar de l’utilisateur
Germe de Camellia
Germe de Camellia
Message(s) : 4482
Inscription : 08 Jul. 2015
Localisation : Lorraine, Saint-Avold

Re: Les Hohin et les Shiboridashi

Message par Kissaki » 23 Février 2019, 20:04

Oui les terres poreuses c'est vraiment bof avec ce genre de thé... ça ne te conviendra pas je pense.

Je te propose de me l'envoyer, le reste en MP :mrgreen:




:>>
Sans Existence,
Sans Extinction.

SucreJog
Avatar de l’utilisateur
Apprenti
Apprenti
Message(s) : 224
Inscription : 18 May. 2018
Localisation : Nantes

Re: Les Hohin et les Shiboridashi

Message par SucreJog » 23 Février 2019, 20:23

Kissaki a écrit :Oui les terres poreuses c'est vraiment bof avec ce genre de thé... ça ne te conviendra pas je pense.

Je te propose de me l'envoyer, le reste en MP :mrgreen:




:>>
Tu veux pas plutôt m'envoyer un bon shibo pour que je compare ?
Il faudrait que je fasse une dégustation comparer avec ce shibo et un gaïwan porcelaine pour voir si ça "enferme" le parfum du thé

Elise
Avatar de l’utilisateur
Gourou
Gourou
Message(s) : 3470
Inscription : 16 Feb. 2016
Localisation : Genève, Suisse

Re: Les Hohin et les Shiboridashi

Message par Elise » 23 Février 2019, 21:31

Je ne pense pas que les terres poreuses soient particulièrement mauvaises pour le gyokuro, selon la terre ça peut même être le contraire. Par contre ça dépend vraiment de la composition de chaque argile. Et puis ça dépend aussi des goûts et des préférences de chacun. Je pense que rien ne vaut la comparaison pour se faire une idée.
『茶禅一味』『以心伝心』

SucreJog
Avatar de l’utilisateur
Apprenti
Apprenti
Message(s) : 224
Inscription : 18 May. 2018
Localisation : Nantes

Re: Les Hohin et les Shiboridashi

Message par SucreJog » 23 Février 2019, 21:52

Élise, toi qui connait pas mal la céramique; tu sais comment est cuite cette terre jaune ? En oxydation ?

Gaiwawan
Avatar de l’utilisateur
Moine
Moine
Message(s) : 563
Inscription : 15 Jan. 2017

Re: Les Hohin et les Shiboridashi

Message par Gaiwawan » 23 Février 2019, 23:53

Il est très beau en tout cas ! Les marques d'algues sont très fines et la spirale donne beaucoup d'élégance.

Kissaki
Avatar de l’utilisateur
Germe de Camellia
Germe de Camellia
Message(s) : 4482
Inscription : 08 Jul. 2015
Localisation : Lorraine, Saint-Avold

Re: Les Hohin et les Shiboridashi

Message par Kissaki » 24 Février 2019, 10:48

Vivement mon premier :bounce:
Sans Existence,
Sans Extinction.

Tsubo
Avatar de l’utilisateur
Galette de Puerh
Galette de Puerh
   
Message(s) : 10597
Inscription : 05 Sep. 2013
Localisation : Paris ... ou presque ...

Re: Les Hohin et les Shiboridashi

Message par Tsubo » 24 Février 2019, 12:23

Comme la plupart des céramiques, c'est cuit en oxydation ...

Elise
Avatar de l’utilisateur
Gourou
Gourou
Message(s) : 3470
Inscription : 16 Feb. 2016
Localisation : Genève, Suisse

Re: Les Hohin et les Shiboridashi

Message par Elise » 24 Février 2019, 19:30

Oui celui-ci de shiboridashi semble bien être cuit en oxydation même si pas mal de mogake sont cuits en réduction après avoir été cuits en oxydation une première fois.
Ce qui semble être caractéristique c’est que la première cuisson (oxydante) est faite à moyenne température, vers quelque chose comme 1100C. Ensuite des algues amamo (zostère marine) sont disposées pour la deuxième cuisson qui se passe à plus basse température (environ 800C) et qui peut être soit oxydante, soit réductrice, selon le résultat souhaité. C’est le sel présent dans les algues (et probablement un peu de silice aussi) qui réagit avec la surface de la pièce et laisse des traces de la fusion de l’argile et on constate de la formation de zones « émaillées » comme dans le cas des émaux au sel ou ce dernier est utilisé comme fondant de surface.
Du coup dans le cas du mogake on a une cuisson de biscuit plutôt haute et donc on a un résultat d’une masse déjà un peu plus vitrifiée sur laquelle on applique une deuxième cuisson pour le décor. Souvent les effets mogake et yohen sont combinés lors de cette deuxième cuisson ce qui fait de cette dernière une oxydo-réduction (cuisson « mixte » ou partiellement réduite) où les effets de réduction apparaissent sur certaines zones (yohen), et sont probablement plus forts en surface qu’à cœur puisque les pores de la pièce sont déjà un peu fermées avec cette première cuisson.

Je ne sais pas si c’est très clair :mouais: :lol:
『茶禅一味』『以心伝心』

Sébastien
Avatar de l’utilisateur
Futaoki
Futaoki
   
Message(s) : 15410
Inscription : 02 Mar. 2013
Localisation : Nantes

Re: Les Hohin et les Shiboridashi

Message par Sébastien » 24 Février 2019, 20:14

Très clair et très intéressant ! :top:
Matcha ga mainichi, ishya wa tôku ni
抹茶が毎日、医者は遠くに

SucreJog
Avatar de l’utilisateur
Apprenti
Apprenti
Message(s) : 224
Inscription : 18 May. 2018
Localisation : Nantes

Re: Les Hohin et les Shiboridashi

Message par SucreJog » 24 Février 2019, 20:15

Elise a écrit :Oui celui-ci de shiboridashi semble bien être cuit en oxydation même si pas mal de mogake sont cuits en réduction après avoir été cuits en oxydation une première fois.
Ce qui semble être caractéristique c’est que la première cuisson (oxydante) est faite à moyenne température, vers quelque chose comme 1100C. Ensuite des algues amamo (zostère marine) sont disposées pour la deuxième cuisson qui se passe à plus basse température (environ 800C) et qui peut être soit oxydante, soit réductrice, selon le résultat souhaité. C’est le sel présent dans les algues (et probablement un peu de silice aussi) qui réagit avec la surface de la pièce et laisse des traces de la fusion de l’argile et on constate de la formation de zones « émaillées » comme dans le cas des émaux au sel ou ce dernier est utilisé comme fondant de surface.
Du coup dans le cas du mogake on a une cuisson de biscuit plutôt haute et donc on a un résultat d’une masse déjà un peu plus vitrifiée sur laquelle on applique une deuxième cuisson pour le décor. Souvent les effets mogake et yohen sont combinés lors de cette deuxième cuisson ce qui fait de cette dernière une oxydo-réduction (cuisson « mixte » ou partiellement réduite) où les effets de réduction apparaissent sur certaines zones (yohen), et sont probablement plus forts en surface qu’à cœur puisque les pores de la pièce sont déjà un peu fermées avec cette première cuisson.

Je ne sais pas si c’est très clair :mouais:
Merci beaucoup, si c'est très clair et très intéressant.

Du coup, je le fais une petite dégustation comparée avec un gyokuro de TdJ. Image

Précédent