A la découverte du Pu Er

JMB
Avatar de l’utilisateur
Feuille de Thé
Feuille de Thé
Message(s) : 7638
Inscription : 05 Sep. 2013

Re: A la découverte du Pu Er

Message par JMB » 06 Janvier 2018, 21:48

Pu Erh Tuocha

A voir la photo, on dirait bien du shu. et quand au nom tuocha, c'est lié à la forme du puer compressé, sous forme de nid d'oiseau. Là, tu vois qu'il n'est pas compressé.

Donc le nom de ce thé c'est n'importe quoi, alors je ne dis pas son origine.

Et l'autre est du même tonneau.

Et comme Xavier, si tu achètes un vin parce que c'est marqué "vin rouge" et tu ne sais pas d'où il vient, tu ne t'étonneras pas non plus.

Donc suis le conseil de Xavier. Commande un des sheng (il vaut mieux commencer par là) que les gens apprécient sur le forum et tu pourras te faire une bonne idée. Kancha Tea en fait des très bon, par exemple.
Chef de produit thé nature chez Lippetonne and cie

Elise
Avatar de l’utilisateur
Shōgun
Shōgun
Message(s) : 2702
Inscription : 16 Feb. 2016
Localisation : Genève, Suisse

Re: A la découverte du Pu Er

Message par Elise » 06 Janvier 2018, 22:17

Pour reprendre Xavier, cela me fait penser à un ou deux très mauvais puerh/pu’er shu que j’ai pu boire alors que j’espérais trouver quelque chose de buvable dans un magasin à la mode vendant du thé plus ou moins parfumé... dans mon souvenir c’est de beaux arômes de moisissure et de poisson qui offraient une certaine longueur en bouche ;)

Pour ma part je ne serais pas aussi catégorique que dans les réponses précédentes, c’est à dire que les shu peuvent être bien pour commencer à condition d’avoir une bonne qualité. Ça peut être plus facile d’accès que pas mal de sheng à mon avis.
Je suis à disposition par MP pour des références de shu ou sheng pour débuter.
『茶禅一味』

28etienne
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Message(s) : 5
Inscription : 26 Dec. 2017

Re: A la découverte du Pu Er

Message par 28etienne » 07 Janvier 2018, 06:50

Je vous remercie pour vos réponses.

Étienne
Avatar de l’utilisateur
Gourou
Gourou
Message(s) : 3465
Inscription : 17 Feb. 2014
Localisation : Paris

Re: A la découverte du Pu Er

Message par Étienne » 08 Janvier 2018, 19:00

La même que les autres: les mauvais shu, ça peut donner une image très fausse du Pu'erh. Tu peux toujours essayer de l'infuser très court, souvent c'est moins pire.

treeman
Avatar de l’utilisateur
Disciple
Disciple
Message(s) : 468
Inscription : 29 Jul. 2017

Re: A la découverte du Pu Er

Message par treeman » 08 Octobre 2018, 21:29

Hello,
J'ai une petite question.
Comme vous le savez, il existe des puerh qui ont un goût "tabac", plutôt léger ou strong etc.
J'en ai bu un hier, de 2014 (je ne retrouve pas le nom de ce puerh c'est terrible).

Bref, je me demandais : Est-ce que tous les puerh en vieillissant passent par cette phase tabac ?
Ou sinon, à quoi est dû cette touche très spécifique?


Désolé si cela a déjà été traité auparavant.
Je vous remercie de vos réponses.

treeman
Avatar de l’utilisateur
Disciple
Disciple
Message(s) : 468
Inscription : 29 Jul. 2017

Re: A la découverte du Pu Er

Message par treeman » 08 Octobre 2018, 22:15

Je me pose une autre question.
Quand le puerh est super compressé, il arrive qu'un bout de la bonne quantité (ou à peu près) se détache.
Est-ce que ce bout super compressé vous le mettez direct dans le gaiwan, ou est-ce qu'il faut réussir (ce qui peut être un exploit j'imagine) à l'émietter ?

Parce que lorsqu'on verse l'eau, le morceau ne va pas se disloquer immédiatement. Et tout les arômes s'exprimer correctement, non ?

Tristan
Novice
Novice
Message(s) : 73
Inscription : 28 Feb. 2017

Re: A la découverte du Pu Er

Message par Tristan » 08 Octobre 2018, 22:52

Personnellement je dirais que si c'est très compressé un bon rinçage et hop! c'est parti.
Sinon je pense qu'il est tout à fait possible de faire varier les paramètres et d'infuser plus longtemps sur les premières infusions (un peu comme sur des wulong roulés), à la différence d'un maocha pour lequel on va plutôt infuser en flash. Une bonne méthode est de goûter l'infusion de rinçage pour savoir à quoi s'attendre et adapter les infusions suivantes :)

ooericoo
Germe de Camellia
Germe de Camellia
   
Message(s) : 4184
Inscription : 08 Sep. 2013
Localisation : Lyon

Re: A la découverte du Pu Er

Message par ooericoo » 08 Octobre 2018, 22:53

Je pense qu'il vaut mieux le laisser comme ça ;)
Pour faire simple plus les feuilles sont émietté plus les infus vont être amer.
Je te conseil de ne pas mettre tous ce qui est brisures.
Du coup un morceau est idéal ici
Par contre tu peux remplir un pot de réserve avec plusieurs infus pour avoir une infus équilibrée.
Dans la vie je ne me prends jamais le Shu, je le bois.


http://excethera.blogspot.fr/
je ne sais pas trop ou cela m'emmènera....

Lionel
Avatar de l’utilisateur
Bourgeon Miraculeux
Bourgeon Miraculeux
 
Message(s) : 6876
Inscription : 02 Mar. 2013
Localisation : France, St Malo de Phily (35)

Re: A la découverte du Pu Er

Message par Lionel » 09 Octobre 2018, 08:40

Pareil je ne cherche pas à émietter un morceau qui ne veut pas se défaire d'emblée quand tu prélèves la quantité que tu veux...tant qu'il n'est pas trop gros...

Quant au goût de tabac que tu décris...il n'est pas systématique, mais je l'ai aussi trouvé dans certains pu er de 2-3 ans...ça ne m'a jamais dérangé...Plus vieux les pu er vont vers le boisé et perdent je pense ce registre de notes....
le vide, c'est la base

treeman
Avatar de l’utilisateur
Disciple
Disciple
Message(s) : 468
Inscription : 29 Jul. 2017

Re: A la découverte du Pu Er

Message par treeman » 09 Octobre 2018, 09:11

Merci pour vos retours.
Du coup, on laisse infuser plus longtemps pour que le bloc s'imprègne et se défasse de lui même.
Ou effectivement réunir plusieurs infusions.

Pour la tonalité tabac, donc, pour certain puerh c'est un cap.

Elise
Avatar de l’utilisateur
Shōgun
Shōgun
Message(s) : 2702
Inscription : 16 Feb. 2016
Localisation : Genève, Suisse

Re: A la découverte du Pu Er

Message par Elise » 09 Octobre 2018, 09:32

Pareil pour le morceau entier, ça évite les débris et donc l’amertume.

Concernant les arômes de tabac, c’est un trait de certains thés. Quand il est présent, c’est le cas depuis le début et cela perdure de manière plus ou moins prédominante lorsque le thé prend de l’âge.
『茶禅一味』

treeman
Avatar de l’utilisateur
Disciple
Disciple
Message(s) : 468
Inscription : 29 Jul. 2017

Re: A la découverte du Pu Er

Message par treeman » 09 Octobre 2018, 11:56

Pour les morceaux mon soucis était de savoir comment les faire fondre. Quand la galette est super compact ça prends pas mal de temps mine de rien. Ou ptet que mon morceau est trop gros remarque.

C'est étrange cette histoire de tabac. C'est donc pas un facteur de traitement ni de zone. C'est au bonheur la chance ?

Blossom
Avatar de l’utilisateur
Bourgeon Miraculeux
Bourgeon Miraculeux
 
Message(s) : 6770
Inscription : 21 Oct. 2013

Re: A la découverte du Pu Er

Message par Blossom » 09 Octobre 2018, 13:02

Pour des morceaux très compressés, comme les copains, je ne triture pas, pour éviter les brisures.
Je préchauffe mes ustensiles autant que possible et j'augmente la durée de mes rinçages à une vingtaine de secondes, deux fois, voire trois. On pourrait trouver que c'est du gaspillage, mais comme ces premiers jus ne sont pas aussi aromatiques qu'ils le devraient, et qu'ils ne sont pas équilibrés, autant réserver ses papilles pour les infusions qui en valent la peine.
En fonction de la compression on peut rallonger les premières infusions, mais pas au-delà d'une trentaine de secondes. Quant au mélange de plusieurs infusions, on peut éventuellement en mélanger deux ensemble mais pas plus (si on parle bien de thé de dégustation).
Garder le couvercle du gaiwan ou de la théière fermé entre les premières infusions permet de conserver la chaleur.
Si malgré tous ces aménagements le résultat n'est pas à la hauteur, je me dis que le thé a été gâché par une mauvaise compression.

Elise
Avatar de l’utilisateur
Shōgun
Shōgun
Message(s) : 2702
Inscription : 16 Feb. 2016
Localisation : Genève, Suisse

Re: A la découverte du Pu Er

Message par Elise » 09 Octobre 2018, 13:03

Taille des morceaux
L'idée des morceaux c'est plutôt de faire des sortes de couches minces, ça se défait mieux dans l'eau. Tu attaques ta galette depuis le bord, horizontalement pour détacher des pans, tu essaies de la défaire régulièrement tout autour, sur le dessus et le dessous comme ça tu consommes la partie la plus "mûre" de ta galette et tu permets à l'intérieur qui est peu en contact avec l'air (surtout si c'est très compressé) de mûrir à son tour.

"Goût de tabac"
Je pense qu'il ne faut pas confondre 2 chose que j'ai pu constater dans le puerh sheng:

D'une part, des arômes rappelant le tabac, j'entends par là l'odeur des feuilles d'un cigare (qui par ailleurs subissent des processus similaires au puerh sheng semble-t-il), mais pas une odeur de fumée. Ces arômes peuvent faire partie de la palette aromatique d'un thé de qualité, qui en mûrissant peut s'équilibrer différemment et évoluer avec ces notes de tabac un peu plus en arrière plan, mais elles ne disparaissent pas complètement avec le temps. Soit on aime, soit on n'aime pas. Pour ma part, j'ai appris à l'apprécier et ceux de par ici qui ont goûté le Baba Yaoba (8818) que j'ai à la maison pourront t'en parler aussi.

D'autre part, une odeur parasite de cigarette/fumée qui fait clairement penser à un fond de cendrier froid et qui est plutôt due à une exposition à de la fumée au cours du stockage. Ce genre là de "goût de tabac" n'est évidemment pas un bon point pour le thé, mais il semblerait que ça puisse s'estomper avec le temps et les 2-3 premières infusions en viennent en général à bout selon ma propre expérience. Cela dit, je ne pense pas que je garderais à tout prix un thé qui sent le cendrier et qui ne s'aère pas après quelques temps.
『茶禅一味』

Blossom
Avatar de l’utilisateur
Bourgeon Miraculeux
Bourgeon Miraculeux
 
Message(s) : 6770
Inscription : 21 Oct. 2013

Re: A la découverte du Pu Er

Message par Blossom » 09 Octobre 2018, 13:06

Elise a écrit :Taille des morceaux
L'idée des morceaux c'est plutôt de faire des sortes de couches minces, ça se défait mieux dans l'eau. Tu attaques ta galette depuis le bord, horizontalement pour détacher des pans, tu essaies de la défaire régulièrement tout autour, sur le dessus et le dessous comme ça tu consommes la partie la plus "mûre" de ta galette et tu permets à l'intérieur qui est peu en contact avec l'air (surtout si c'est très compressé) de mûrir à son tour.


Oui exact, avec un peu de chance des couches minces peuvent correspondre au "sens des feuilles".

PrécédentSuivant